Accéder au contenu principal

Palo Alto - James Franco


 
On sait que les personnalités aiment se divertir dans leurs activités. Ainsi des sportifs écrivent des livres, présentateurs télé et comiques se laissent aller à pousser la chansonnette, certains chanteurs montent sur les planches de théâtre et les auteurs de bande-dessinée s’essayent au septième art. Inutile de préciser que nombre de ces tentatives ne sont que purs caprices qui se soldent dans bien des cas par des échecs cuisants (Philippe Risoli et Elie Semoun – entre autres – en savent quelque chose). Il est donc légitime d’accueillir ce genre de démarche suspecte avec une certaine frilosité.
Ainsi, semble-t-il normal d’être dubitatif lorsque paraît Palo Alto, premier livre de James Franco. On sait que l’acteur est au faite de sa renommée, notamment depuis son premier rôle dans le film de Danny Boyle, 127 heures. Cette crédibilité littéraire est d’autant plus suspecte lorsqu’on lit la quatrième de couverture qui nous présente Franco comme étant acteur, producteur, réalisateur, écrivain, artiste, tourneur-fraiseur, etc.
 Cependant, une fois la lecture de cet ouvrage achevée, il faut concéder qu’il s’agit là d’une des bonnes surprises de cette rentrée littéraire. Franco transforme l’essai, a des choses à raconter et sait les écrire de manière plaisante.
Contrairement à ce qui est inscrit sur la couverture du livre, Palo Alto n’est pas un roman mais un recueil de nouvelles dans lequel sont retranscrites les errances d’une jeunesse américaine désœuvrée, éprise d’ennui et de violence. On y trouve ici lycéens et lycéennes en perte de repères qui prennent un malin plaisir à esquinter leur jeunesse et la marquer de traces indélébiles. Alcool, drogue, sexe et brutalité sont donc de la partie. Autrement dit, le tout n’est pas d’une originalité transcendante au niveau des thématiques abordées (on pense à Bret Easton Ellis, notamment à Zombies), mais récits et dialogues sont menés de façon séduisante et certaines images et autres réflexions savent se révéler intéressantes.
Pour tout bémol, on notera le travail pour le moins bâclé de l’éditeur. A-t-on lu le livre chez Michel Lafon ? Autrement, comment expliquer le fait que Palo Alto soit estampillé comme étant un ‘roman’ ? Et comment justifier les fautes peu nombreuses certes mais pour le moins grossières qui entachent les récits ? D’autre part, la quatrième de couverture, outre le fait d’être peu engageante, révèle des informations erronées concernant les nouvelles proposées.
Quoiqu’il en soit, Palo Alto demeure un bienfait littéraire. Franco ne fait pas dans l’originalité, mais se fait plaisir. Le plaisir est partagé, c’est là le principal.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Éloge de la masturbation - Philippe Brenot

Ah, la masturbation, sujet tabou, et pourtant pratique au combien répandue... Paru il y a maintenant une dizaine d'années, cet Eloge de la masturbation tend à réhabiliter voire même vanter cet acte devenu somme toute assez commun en ce début de XXIe siècle mais dont l'approche a considérablement évolué au fil du temps.


La sexualité ayant été tabou des siècles durant, on ne s'étonnera pas du fait que l'autoérotisme et sa manipulation la plus fétiche eurent droit à des réprimandes bien corsées. Terme vraisemblablement apparu pour la première fois sous la plume de Montaigne, la masturbation va devoir son caractère impie à la découverte par Leeuwenhoek en 1677 de spermatozoïde dans le liquide seminal masculin. De fait, l'intégralité des médecins du XVIIIe siècle visera à condamner cette pratique, Brenot évoque ainsi une croisade "légitimée par une très grande peur, celle de la fin du monde, et le fantasme de la destruction de l'humanité, lorsque l&#…

La Grande Odalisque - Vivès, Ruppert et Mulot

« Tu fais quoi dans la vie, Alexandra ? -Moi ? Pas grand-chose. Des bêtises. -« Des bêtises ? » Mais c’est génial comme métier. C’est exactement le plan de reconversion professionnelle qu’il me faudrait… Tu embauches ? » Alors qu’il continue de briller chez Shampooing en publiant ses notes de blog sous des thématiques bien précises (« Le jeu vidéo », « L’amour »…), Bastien Vives se joint à Ruppert & Mulot afin de s’offrir un trip à la Cat’s Eyes.
Pour tous les trentenaires qui ont fait leurs dents sur les dessins-animés du Club Dorothée, « Cat’s Eyes » (créé par Tsukasa Hojo, auteur également de « City hunter ») renvoie aux premiers émois libidinaux ressentis par le prisme d’un poste de télévision. A l’instar de Wonder Woman (campée par la délicieuse Lynda Carter) ces filles aux collants moulant jouant les cambrioleuses de charme ont émerveillé plus d’un bambin, à commencer par moi. Quand on a dix piges, impossible de ne pas avoir les yeux exorbités face à ces corps aux courbes lasci…