Accéder au contenu principal

Pourquoi lire? - Charles Dantzig



« Pourquoi je lis ? Je lis comme je marche, sans doute. D’ailleurs, je lis en marchant. Si je vous racontais le nombre de rencontres que j’ai faites grâce à ça ! Plus d’un horodateur de Paris a été ému de m’entendre lui dire « pardon monsieur ! » après que je m’étais cogné à lui en lisant un livre ou un autre. Au reste, ce n’est pas parce qu’on fait une chose aussi spontanément que marcher ou lire  qu’il est inutile d’y réfléchir. La spontanéité ne légitime pas tout. Il y a des meurtres spontanés. »

Charles Dantzig est un lecteur. Il est même ce qu’il appelle lui-même un ‘grand lecteur’, de ces lecteurs besogneux qui ne se laissent aller à leur activité favorite qu’attablés, le stylo en main, prêts à en découdre avec le livre et à en noircir les marges ainsi que les moindres espaces disponibles. Désormais titulaire d’une coquète bibliographie, Dantzig a su impressionner par deux principaux pavés qu’il a soumis au public et à la critique non sans un certain succès d’estime. Son Dictionnaire égoïste de la Littérature française(2005) passait en revue nombre de références de la littérature qu’il s’amusait à égratigner non sans une certaine finesse. Pertinent et agaçant à la fois, il fut toutefois reconnu à Dantzig une très solide culture littéraire et une plume séduisante déjà remarquée dans son roman Nos vies hâtives(2001). Quatre ans plus tard, il remettait le couvert avec son Encyclopédie capricieuse du tout et du rien (2009), sorte de suite à son dictionnaire à succès et deuxième pavé dont la densité n’a pas à rougir de la comparaison avec les plus grands romans de Dostoïevski.
Dans Pourquoi lire ? l’auteur aborde la question épineuse de la lecture et de son sens. De par ce simple titre, il soulève bien des questions que les lecteurs plus ou moins aguerris osent encore se poser de temps en temps. A l’ère du numérique, du divertissement à tout va, de la dématérialisation d’un monde qui bat à 100 à l’heure, quel peut encore être, en effet, l’intérêt de se poser, prendre un bouquin, et d’en passer soigneusement les pages en revue, attentivement. Et quand bien même, faut-il nécessairement voir dans la lecture un quelconque intérêt ? Une sorte de nécessité tangible, si cela est possible ?

Le problème est posé et la question reste vague voire vaste, mais alors que je m’attendais à un essai dense, complexe à base de références mitraillées à tire larigot, je me suis trouvé face à un ouvrage qui propose de nombreux éléments de réflexions, principalement à base d’anecdotes littéraires. Le livre se compose en réalité d’une succession de plusieurs textes très agréables à lire.
Toutefois, si ce livre n’est pas un essai à proprement parler visant à avancer une argumentation dont le seul but serait une réponse empirique à une problématique aussi épineuse, Dantzig sait qu’il ne pourra pas s’en tirer avec une simple pirouette. Il propose au lecteur un titre frappant, choc, presque racoleur, dès lors, une fois que le lecteur a ouvert le livre, il n’est plus question de se dérober. Ainsi, il avance quelques idées, des opinions, une conception de la littérature, toujours un peu élitiste, on est chez Dantzig, il ne faut pas l’oublier. Mais le propos global est très cohérent et je dois avouer que j’ai retrouvé dans cet ouvrage quelques fines analyses qui ne m’ont vraiment pas déplu. On y traite de Stendhal, de Proust, des libraires, d’Hergé… ah, Hergé :

« On a accusé Hergé d’être d’extrême droite à cause de Tintin au Congo, mais on ne lui sait pas gré d’avoir montré les complots révolutionnaires d’extrême droite dans Le Sceptre d’Ottokar. Il était d’extrême droite, mais il a quand même fait cela, car il était plus artiste, ou journaliste, que d’extrême droite : l’intérêt supérieur de son œuvre, de son reportage, primait sur ses opinions. »

Dans Pourquoi lire ? , on répugne Stephanie Meyer et on encense la bibliothèque de grand-mère. Ce livre sent la nostalgie. On essaie d’aborder ce qui fait d’un livre un bon livre. On rit parfois, on se pose des questions souvent. Et on finit par le reposer, une fois la lecture finie. Puis on se dit qu’il serait bon de le conserver dans un coin et d’y revenir, de temps en temps.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Bukowski en quelques ouvrages

Un peu (beaucoup) dans le prolongement de ma vidéo concernant « Sur l’écriture » de Charles Bukowski, voici une petite sélection d’ouvrages du père Buk à consommer avec la modération de rigueur. Ces dernières années ont vu fleurir les parutions posthumes du vieux Buk, notamment chez Grasset qui a publié dans la foulée « Le retour du vieux dégueulasse » (2014), puis « Un carnet tâché de vin » Grasset (2015). Si le premier est un recueil de nouvelles telles que l’on avait l’habitude d’en lire chez Bukowski, comme c’était le cas dans les « Contes de la folie ordinaire » ou dans « Au sud de nulle part » entre autres, « Un carnet tâché de vin » présente, lui, des écrits un peu plus épars, en mode fond de tiroir (nouvelles et chroniques, considérations sur la littérature…). Mais outre Grasset, ce sont les éditions 13e Note qui se sont illustrées dans le registre bukowskien en publiant « Sheakespeare n’a jamais fait ça ». Pour rappel, les éditions 13e Note étaient quand même …

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…