Accéder au contenu principal

Start! La grande histoire des jeux vidéo - Erwan Cario


Start! La grande histoire des jeux vidéo était attendu par tous les passionnés d’histoire vidéoludique. Le média étant jeune (malgré sa quarantaine) on peut évidemment noter que ce n’est pas là une tentative inédite (la Saga des jeux vidéo de Daniel Ichbiah en est à sa quatrième édition). Seulement là, c’est Erwan Cario qui s’y colle (journaliste à écran.fr). On traite ici du jeu vidéo allant de la préhistoire avec Tennis for two d’Higinbotham et les bidouillages du MIT qui donneront Spacewar aux productions actuelles avec notamment Assassin’s Creed Brotherhood ou Uncharted 2. Se décomposant de façon chronologique, ce livre revient sur les différentes périodes clés du jeu vidéo et liste les consoles pré-krach de 1984 avant d’évoquer l’empire de Nintendo (bientôt rebaptisé Big N dans les milieux autorisés) et sa confrontation avec Sega. Puis seront évoqués les genres et l’explosion de la Playstation avant d’aborder la pratique du jeu à travers la toile du net et les consoles de la dernière génération.


Il semble pertinent de mettre ce travail en rapport avec celui effectué par Daniel Ichbiah, référence s’il en est. On remarquera que l’une des principales (et rares) choses que certains lecteurs avaient pu reprocher à La saga des jeux vidéo reposait dans l’absence de screenshots, documents ou autres illustrations. Cette critique s’avérait d’autant plus fondée que les éditions Pix n’love (faisant, est-il utile de le rappeler, autorité en matière d’histoire du jeu vidéo) sont réputées pour la générosité dont ils font preuve en la matière dans leurs mooks, qu’il s’agisse de numéros traditionnels avec des thématiques bien ciblées ou de hors-série (notamment sur les légendes du jeu vidéo : Michel Ancel, Gunpei Yukoi…). Cependant, La saga des jeux vidéo est un ouvrage qui préexistait à ces éditions, ceci expliquant probablement cela. Avec Start! La grande histoire des jeux vidéo nous avons affaire à un beau livre, ce qui implique donc des illustrations et il faut bien admettre qu’à ce niveau, le travail a été fait et bien fait. On trouve ici des photographies des principaux pionniers du jeu vidéo mais également de consoles et de jaquettes. De multiples screenshots sont également présents, renvoyant le lecteur aux jeux présentés, et lui permettant d’accoler une image au jeu auquel il est fait référence.

D’autre part, La saga des jeux vidéo abordait l’histoire du jeu vidéo par le biais de phénomènes comme Atari, Tomb Raider ou Doom, faisant ainsi l’impasse sur certains pans du jeu vidéo comme le jeu de combat ou les simulations de sport, pour ne citer que ceux-là. Cet abord sous cet angle était une prise de position qui permettait d’autre part d’étudier les phénomènes concernés en profondeur. Le livre d’Erwan Cario adopte un parti tout autre, à savoir effectuer une retranscription plus ‘générale’ de l’histoire des jeux vidéo. C’est dans un souci de n’omettre aucun aspect majeur du jeu vidéo que Cario traite les choses un peu plus en surface sans pour autant les présenter de façon trop superficielle. Ainsi est-on assez loin du travail de Daniel Ichbiah tant sur le fond que sur la forme.



En toute fin de livre le lecteur trouvera une frise chronologique présentant les 241 jeux vidéos auxquels il faut avoir joué. Si celle-ci demeure forcément discutable, elle a le mérite de pousser les plus curieux à davantage de recherches.

En bémol on notera toutefois le manque cruel de références avec pour toute bibliographie trois livres, quelques liens internet, et des remerciements pour les contributeurs de Wikipedia et de Youtube. Dur, dur… Malgré tout, il s'agit là d'un beau livre qui ne manquera pas d'intéresser les gamers.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Éloge de la masturbation - Philippe Brenot

Ah, la masturbation, sujet tabou, et pourtant pratique au combien répandue... Paru il y a maintenant une dizaine d'années, cet Eloge de la masturbation tend à réhabiliter voire même vanter cet acte devenu somme toute assez commun en ce début de XXIe siècle mais dont l'approche a considérablement évolué au fil du temps.


La sexualité ayant été tabou des siècles durant, on ne s'étonnera pas du fait que l'autoérotisme et sa manipulation la plus fétiche eurent droit à des réprimandes bien corsées. Terme vraisemblablement apparu pour la première fois sous la plume de Montaigne, la masturbation va devoir son caractère impie à la découverte par Leeuwenhoek en 1677 de spermatozoïde dans le liquide seminal masculin. De fait, l'intégralité des médecins du XVIIIe siècle visera à condamner cette pratique, Brenot évoque ainsi une croisade "légitimée par une très grande peur, celle de la fin du monde, et le fantasme de la destruction de l'humanité, lorsque l&#…

La Grande Odalisque - Vivès, Ruppert et Mulot

« Tu fais quoi dans la vie, Alexandra ? -Moi ? Pas grand-chose. Des bêtises. -« Des bêtises ? » Mais c’est génial comme métier. C’est exactement le plan de reconversion professionnelle qu’il me faudrait… Tu embauches ? » Alors qu’il continue de briller chez Shampooing en publiant ses notes de blog sous des thématiques bien précises (« Le jeu vidéo », « L’amour »…), Bastien Vives se joint à Ruppert & Mulot afin de s’offrir un trip à la Cat’s Eyes.
Pour tous les trentenaires qui ont fait leurs dents sur les dessins-animés du Club Dorothée, « Cat’s Eyes » (créé par Tsukasa Hojo, auteur également de « City hunter ») renvoie aux premiers émois libidinaux ressentis par le prisme d’un poste de télévision. A l’instar de Wonder Woman (campée par la délicieuse Lynda Carter) ces filles aux collants moulant jouant les cambrioleuses de charme ont émerveillé plus d’un bambin, à commencer par moi. Quand on a dix piges, impossible de ne pas avoir les yeux exorbités face à ces corps aux courbes lasci…