Accéder au contenu principal

Épuisé - Joe Matt

Cette bande-dessinée autobiographique relate les pérégrinations d’un trentenaire solitaire, un loser qui passe le plus clair de son temps à mater des films pornos qu’il n’hésite pas à compiler afin d’obtenir une anthologie ultime du porno. Il a d’ailleurs déjà cumulé près de 184 heures de pornos sur une ribambelle de cassettes VHS. Il vit en colocation dans une maison, cloîtré dans sa chambre, il n’ose pas en sortir au risque de rencontrer les autres pensionnaires de la maison, même pour uriner. Ainsi fait-il sa petite commission dans le traditionnel bocal à pisse censé faire office de latrines.

                                            



Radin à l’extrême, il économise le moindre centime afin de faire fructifier son maigre capital. En fait d’économies, il n’en possède pas beaucoup, ne travaillant à ses dessins que de manières intermittente. Le gros de son labeur réside dans sa compilation de cassettes pornos dont un des truculents épisodes est retranscrit à travers plusieurs pages. Pour cet énergumène, le porno est sacré et la masturbation un sacerdoce, il s’adonne d’ailleurs à cette pratique pas moins d’une dizaine de fois par jour, devant ainsi fréquemment renouveler sa serviette à foutre, quitte à utiliser un ancien T-shirt pour faire sa petite affaire. Ce faisant, il tente de ne pas parasiter sa libido en pensant à ses sinistres colocataires ou aux moustachus au cul velu qui apparaissent dans certains des films  pornos qu’il regarde. D’autre part, on assiste à des réminiscences de son enfance ou de son adolescence, autant d’épisodes peu reluisants faisant parfaitement écho à sa situation actuelle.

                                        

Cependant Joe fréquente certaines personnes, à commencer par ses amis. Fidèles et factuels, Seth et Chester ne manquent pas de se moquer de leur ami et de ses rituels. Cette amitié vache se traduit à plusieurs reprises et c’est également un des axes de lecture de cette BD. Elle témoigne de la difficulté d’être en accord avec certains traits de caractère de ses amis. Les retranscriptions de dialogues entre ces personnages prennent d’ailleurs une bonne part dans cet ouvrage et ces derniers, si édifiants puissent-ils être, peuvent même paraître un peu longs. Mais Joe Matt lui-même semble faire une autocritique de son travail et conclure par un « Ce n’est même pas une histoire, c’est juste moi qui m’apitoie sur la pornographie. C’est de la branlette en bande-dessinée. […] Le lecteur va bien finir par se rendre compte que ça va nulle part… »

Les fans de porno et les masturbateurs compulsifs sauront se retrouver dans ce bijou d’auto-dérision.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Bukowski en quelques ouvrages

Un peu (beaucoup) dans le prolongement de ma vidéo concernant « Sur l’écriture » de Charles Bukowski, voici une petite sélection d’ouvrages du père Buk à consommer avec la modération de rigueur. Ces dernières années ont vu fleurir les parutions posthumes du vieux Buk, notamment chez Grasset qui a publié dans la foulée « Le retour du vieux dégueulasse » (2014), puis « Un carnet tâché de vin » Grasset (2015). Si le premier est un recueil de nouvelles telles que l’on avait l’habitude d’en lire chez Bukowski, comme c’était le cas dans les « Contes de la folie ordinaire » ou dans « Au sud de nulle part » entre autres, « Un carnet tâché de vin » présente, lui, des écrits un peu plus épars, en mode fond de tiroir (nouvelles et chroniques, considérations sur la littérature…). Mais outre Grasset, ce sont les éditions 13e Note qui se sont illustrées dans le registre bukowskien en publiant « Sheakespeare n’a jamais fait ça ». Pour rappel, les éditions 13e Note étaient quand même …

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…