Accéder au contenu principal

La logique du massacre


 
« A mes amis,

Pour tous mes amis. Je suis vraiment désolé de tout ce que je vous ai fait subir. Toute ma vie, je n’ai été qu’une merde et je crois que c’est la seule option qui me rester. Je sais que tout le monde se souviendra de moi comme d’une espèce de monstre, mais essayez simplement de comprendre que je ne veux pas être un fardeau pour ceux que j’ai toujours aimés. Je veux juste emporter quelques sous-merdes dans ma chute. Je vous aime tous, je ne veux pas que vous me regrettiez, je crois simplement que vous serez bien mieux sans moi. Je veux que mes amis se souviennent de tous les bons moments qu’on a passés ensemble. Et puis réfléchissez un peu… je vais devenir une putain de célébrité. »



Telle est le début de la lettre que Robert Hawkins, âgé de 19 ans, adresse à ses proches avant d’ouvrir le feu dans un centre commercial d’Omaha, faisant huit morts et quatre blessé. Tuerie à la suite de laquelle il mettra fin à ses jours.

La logique du Massacre retranscrit, comme son sous-titre l’indique, les derniers écrits des tueurs de masse. Ce que les médias américains ont appelé les mass murderers désigne ces personnes qui, à bout, ont procédé à une tuerie (on notera que dans la grande majorité des cas, ces ‘massacres’ étaient suivies du suicide des meurtriers). Ainsi retrouve-t-on ici lettres et journaux de ces assassins qui bien souvent n’auront pas eu l’occasion d’expliquer leur geste après coup. Le sens que l’on pourrait donner à ces actes tient dans ces ultimes feuillets. En tout, ce ne sont pas moins de dix ‘témoignages’ qui sont répertoriés parmi lesquels on compte ceux de Cho Seung-Hui (retranscription d’une vidéo diffusée post-mortem - Virginia Tech, 2007), de Richard Durn (conseil municipal de Nanterre, 2002) ainsi que les journaux de Eric Harris et Dylan Klebold (Columbine, 1999).

La lecture d’un tel ouvrage ne s’effectue pas sans invoquer la part de voyeurisme viscérale qui sommeil en chaque individu. Mais peut-être celle-ci est-elle nécessaire si c’est dans une optique de tentative de compréhension. Car ces témoignages sont assez divers. Certes la principale thématique présente est la mésestime de soi, la difficulté d’embrasser un monde que l’on finit par abhorrer, menant à cette logique du massacre absurde, aporétique. On notera le caractère particulièrement haineux de Eric Harris qui ne cesse de cracher son dégout et sa colère envers le monde à travers son journal. Ce dernier est d’ailleurs à mille lieues des considérations de celui de Dylan Klebold qui finalement est bien plus une longue lettre romantique. Et pourtant, la haine et bien là, et la prise de tête aussi, puis apparaissent les mots d’amour destinés à une personne anonyme. Puis la désillusion. L’adolescence, en somme.

Il serait toutefois hâtif et bien superficiel de prétendre obtenir toutes les clés d’interprétations de tels actes. Car ici la logique du massacre n’est qu’un titre et il n’est proposé aucune interprétation ou analyse de ce phénomène de société, ainsi, tous ses mécanismes psychologiques ne sont pas étudiés. Hormis une préface présentant l’ouvrage, il ne nous est proposé que la crudité de ces lettres et journaux, ultimes bouteilles à la mer, appels au secours à jamais perdus.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Bukowski en quelques ouvrages

Un peu (beaucoup) dans le prolongement de ma vidéo concernant « Sur l’écriture » de Charles Bukowski, voici une petite sélection d’ouvrages du père Buk à consommer avec la modération de rigueur. Ces dernières années ont vu fleurir les parutions posthumes du vieux Buk, notamment chez Grasset qui a publié dans la foulée « Le retour du vieux dégueulasse » (2014), puis « Un carnet tâché de vin » Grasset (2015). Si le premier est un recueil de nouvelles telles que l’on avait l’habitude d’en lire chez Bukowski, comme c’était le cas dans les « Contes de la folie ordinaire » ou dans « Au sud de nulle part » entre autres, « Un carnet tâché de vin » présente, lui, des écrits un peu plus épars, en mode fond de tiroir (nouvelles et chroniques, considérations sur la littérature…). Mais outre Grasset, ce sont les éditions 13e Note qui se sont illustrées dans le registre bukowskien en publiant « Sheakespeare n’a jamais fait ça ». Pour rappel, les éditions 13e Note étaient quand même …

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…