Accéder au contenu principal

La vague- Todd Strasser



Ben Ross, professeur d’histoire (qui ne maîtrise vraisemblablement pas son sujet), tente une expérience avec ses élèves. Alors qu’il aborde la question du nazisme et que ses élèves se demandent comment le drame de la Shoah a pu se produire, il leur propose de se livrer au petit jeu du totalitarisme. Il commence donc par leur imposer une discipline de fer. « La force par la discipline » est le premier slogan que récite la classe à l’unisson. Le tout se fait dans la bonne humeur, bien évidemment. Se pliant au jeu, le petit groupe décide de nommer ce simulacre de mouvement ‘La vague’. Son second mot d’ordre est « La force par la communauté », et avec cette idée, les barrières entre les élèves vont disparaître, ce qui, en soi, n’est pas mal puisque même Robert, le souffre douleur de la classe, parvient à se faire respecter et à trouver une véritable raison d’être à travers le mouvement. C’est avec le troisième volet de La vague, « La force par l’action », que la simulation n’a plus rien de ludique. Dès lors, les lycéens virent dans le plus pur stéréotype de fascisme.



Les lycéens, parlons-en un peu. Ces derniers sont creux, Strasser ne leur donne aucun relief et on ne sait rien sur eux si ce n’est leurs noms insipides comme Brad ou Brian. Ces adolescents là ne sont bons qu’à glousser bêtement pour quelques plaisanteries frivoles. Ainsi, lorsque leur inanité se confronte à l’horreur des camps, on a un peu l’impression de se trouver face à un épisode de Beverly Hills qu’on aurait pu intituler ‘Brandon et ses amis découvrent la Shoah’. Face à la découverte du gazage des juifs par paquet, ces jeunes s’offusquent naïvement en affirmant que jamais au grand jamais ils ne se seraient laissé prendre, eux, dans le piège du totalitarisme. Face à cette réaction simpliste et toujours très facile à adopter en temps de paix, leur professeur tente de leur décrire le contexte de l’époque. Seulement, ce-dernier, décidément très fébrile, est vite dépassé par les questions que lui posent ses élèves sur cette période noire de l’histoire. Si bien qu’il en vient à potasser des livres sur le sujet, en mode ‘Auschwitz pour les nuls’, à croire qu’il a oublié ses fondamentaux sur la seconde Guerre Mondiale.



On peine à être convaincu par cette histoire qui est cependant ‘tirée de fait réel’ (argument toujours très racoleur et sujet à caution), tant les adolescents sont transparents, d’autant plus étonnant au regard de ce qu’est l’adolescence : une période de formation de soi, de rébellion… Mais non, chez Strasser les adolescents ne ressemblent à rien et on ne s’étonne ainsi guère du fait qu’ils soient malléables, influençables et dépourvus d’identité.



La vague possède toutefois la qualité d’être un récit laconique et très aisé à lire. Et pour cause, c’est écrit avec les pieds et sous couvert de proposer un roman de 200 pages, ce dernier est rédigé dans une police de taille avec un interligne conséquent. Il est question ici d’un roman partial, binaire et d’une effroyable naïveté. Un récit qui se veut moralisateur afin de faire valoir le fait qu’il ne faut pas oublier. Mais si l’on ne veut pas oublier il y a les livres d’histoires pour nous aider, ou encore les témoignages de certains survivants. Primo Levi, Eli Wiesel ou encore Jorge Semprun ne sont que quelques uns des plus illustres représentant de ce qui se fait en la matière. Et quand bien même, La vague est un mauvais roman qu’on aura vite fait d’oublier.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Éloge de la masturbation - Philippe Brenot

Ah, la masturbation, sujet tabou, et pourtant pratique au combien répandue... Paru il y a maintenant une dizaine d'années, cet Eloge de la masturbation tend à réhabiliter voire même vanter cet acte devenu somme toute assez commun en ce début de XXIe siècle mais dont l'approche a considérablement évolué au fil du temps.


La sexualité ayant été tabou des siècles durant, on ne s'étonnera pas du fait que l'autoérotisme et sa manipulation la plus fétiche eurent droit à des réprimandes bien corsées. Terme vraisemblablement apparu pour la première fois sous la plume de Montaigne, la masturbation va devoir son caractère impie à la découverte par Leeuwenhoek en 1677 de spermatozoïde dans le liquide seminal masculin. De fait, l'intégralité des médecins du XVIIIe siècle visera à condamner cette pratique, Brenot évoque ainsi une croisade "légitimée par une très grande peur, celle de la fin du monde, et le fantasme de la destruction de l'humanité, lorsque l&#…

La Grande Odalisque - Vivès, Ruppert et Mulot

« Tu fais quoi dans la vie, Alexandra ? -Moi ? Pas grand-chose. Des bêtises. -« Des bêtises ? » Mais c’est génial comme métier. C’est exactement le plan de reconversion professionnelle qu’il me faudrait… Tu embauches ? » Alors qu’il continue de briller chez Shampooing en publiant ses notes de blog sous des thématiques bien précises (« Le jeu vidéo », « L’amour »…), Bastien Vives se joint à Ruppert & Mulot afin de s’offrir un trip à la Cat’s Eyes.
Pour tous les trentenaires qui ont fait leurs dents sur les dessins-animés du Club Dorothée, « Cat’s Eyes » (créé par Tsukasa Hojo, auteur également de « City hunter ») renvoie aux premiers émois libidinaux ressentis par le prisme d’un poste de télévision. A l’instar de Wonder Woman (campée par la délicieuse Lynda Carter) ces filles aux collants moulant jouant les cambrioleuses de charme ont émerveillé plus d’un bambin, à commencer par moi. Quand on a dix piges, impossible de ne pas avoir les yeux exorbités face à ces corps aux courbes lasci…