Accéder au contenu principal

Le jeu vidéo - Bastien Vivès


Adoubé tant par les aficionados du 9e art que par le grand public et définitivement mis au pinacle de la bande-dessinée française, Bastien Vivès a, avec son très remarqué Polina, suscité l’unanimité de la critique. Prolifique (Le goût du chlore, Les melons de la colère, Les autres gens…), ce jeune auteur n’en finit cependant pas de surprendre et d’aborder des registres pour le moins variés. Avec Le jeu vidéo, il décide ainsi de succomber à ses vils instincts de geek et s’adresse à l’univers fermé et élitiste des gamers.



Car là où un lecteur lambda ne saurait décoder la couverture de cet ouvrage, les joueurs s’étant échinés des heures durant à maîtriser le gameplay d’un Street Fighter IV y verront forcément un cap par lequel ils sont passés. Il faut d’ailleurs bien insister d’emblée sur le fait  que cette bande-dessinée s’adresse presque exclusivement aux gamers, tant les strips proposés peuvent paraître pointus, dans certains cas. Vivès se charge également d’évoquer des tranches de vie que seuls les joueurs invétérés ont forcément connues : la mère qui appelle son enfant pour manger sans parvenir à le faire décoller de sa console ; mourir dans un jeu sans avoir fait de sauvegarde récente au préalable ; le désintérêt envers les filles au profit d’un jeu vidéo…

Il semblerait toutefois que le jeu de prédilection de Vivès soit Street Fighter IV au regard des nombreux strips qui lui sont consacrés : « Ecoute Michel, c’est pas parce que tu jouais Yun sur 3.3 qu’on va en faire un God Tier sur SSF4.». Sans compter l’emprunt évident de la typographie de Capcom utilisée pour le titre du livre. D’autre part, on sent bien que l’auteur a attentivement regardé les matchs commentés par Ken Bogard (les connaisseurs tilteront aux noms de ‘King Dévouze’ ou de ‘Gaïdo’, ainsi qu’aux expressions propres à ce jeu). Cependant, Vivès présente également des strips mettant en scènes des joueurs de MMORPG ou de FPS type Counter-Strike.




Avec son trait toujours aussi distinct, Vivès présente des situations cocasses et parfois très drôles que tout amateur de versus fighting et de jeu vidéo en général appréciera forcément. Cependant, pour ceux qui ne connaissent rien à ce domaine et demeurent impassibles face à l’appel du Shoryu, il sera difficile pour eux de trouver cette bande-dessinée d’un grand intérêt.


"Le jeu vidéo", de Batien Vivès, Shampooing, Delcourt, 192pages, 9.95 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Bukowski en quelques ouvrages

Un peu (beaucoup) dans le prolongement de ma vidéo concernant « Sur l’écriture » de Charles Bukowski, voici une petite sélection d’ouvrages du père Buk à consommer avec la modération de rigueur. Ces dernières années ont vu fleurir les parutions posthumes du vieux Buk, notamment chez Grasset qui a publié dans la foulée « Le retour du vieux dégueulasse » (2014), puis « Un carnet tâché de vin » Grasset (2015). Si le premier est un recueil de nouvelles telles que l’on avait l’habitude d’en lire chez Bukowski, comme c’était le cas dans les « Contes de la folie ordinaire » ou dans « Au sud de nulle part » entre autres, « Un carnet tâché de vin » présente, lui, des écrits un peu plus épars, en mode fond de tiroir (nouvelles et chroniques, considérations sur la littérature…). Mais outre Grasset, ce sont les éditions 13e Note qui se sont illustrées dans le registre bukowskien en publiant « Sheakespeare n’a jamais fait ça ». Pour rappel, les éditions 13e Note étaient quand même …

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…