Accéder au contenu principal

Ollivier Pourriol - Éloge du mauvais geste



Déjà auteur de Cinéphilo (qui a reçu un bon accueil de la critique et engendré une suite parue cette année), Ollivier Pourriol délaisse, avec Eloge du mauvais geste le domaine du septième art pour s’attaquer à celui du ballon rond. Une approche philosophique du football ? Pas seulement. Pourriol s’est intéressé plus particulièrement, comme l’indique le titre de son ouvrage au mauvais geste dans le football, ce qu’il peut signifier ou représenter. On verra d’ailleurs que la symbolique du mauvais geste est très importante pour cet auteur.

Les mauvais gestes sur lesquels Pourriol revient sont au nombre de six. Il s’agit du ‘coup de boule’ de Zidane, de la main de Dieu de Maradona, de la main de Thierry Henry face à l’Irlande, de l’agression d’Eric Cantona à l’égard d’un supporter, de celle de Schumacher face à Battiston et enfin de la joie de Platini lorsqu’il marque en finale de la Ligue des Champions et laisse éclater sa joie alors que des dizaines de supporters sont morts dans les tribunes quelques instants auparavant.
la main de Dieu de Maradona


Les mariages entre deux éléments antinomiques sont toujours des preuves d’audace, que ce soit en art culinaire, en littérature ou autres. Cependant, un mets comme le canard à l’orange fait partie intégrante des recettes traditionnelles de fin gourmet et un poème comme ‘Le sonnet du trou du cul’, même s’il amuse par sa thématique, laisse les littérateurs sur leur séant face à la maîtrise métrique et stylistique de Verlaine et de Rimbaud. Ainsi peut-on s’amuser de voir paraître l’Eloge du mauvais geste, et ce, pour plusieurs raisons. Car, et c’est un lieu commun – mais les clichés ont la vie dure – football et choses de l’esprit ne font pas forcément bon ménage (la confession de Loïc Rémy avouant – s’enorgueillissant ? – n’avoir jamais lu de livre de sa vie tend d’ailleurs à le confirmer). Est-ce à dire que tous les amateurs de football sont des décérébrés patentés ? Probablement pas, auquel cas je serait tenu de m’inclure dans le nombre. On compte d’ailleurs de nombreux amateurs de football tant chez les écrivains que chez les intellectuels en général. On peut citer notamment Albert Camus (qui, enfant, était gardien de but en Algérie) : « Ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois ». Ainsi si, comme le considérait Coluche, avec l’esprit d’équipe, il y a un esprit dans une équipe et que les joueurs sont forcés de partager, on peut se laisser aller à penser que si c’est avec  l’esprit de Camus qu’il faut partager, il y en aurait assez pour onze.

remake de la main de Dieu par Messi

Selon Pourriol, le mauvais geste est inattendu, il n’est pas prémédité. Chacun des mauvais gestes en question a échappé à l’arbitre, mais ils ont également échappé à leur auteur qui, « dans un éclair de liberté sidérant, […] invente un geste inouï qui révèle le revers de son génie. […] Comme un chef-d’œuvre à l’envers. » A travers ce livre, Pourriol aborde entre autres, quels peuvent être les enjeux de ces mauvais gestes, ainsi note-t-il au sujet du coup de tête de Zidane: « La seule beauté qui reste dans la défaite, écrivait Michaux, jouer une défaite plus grande. Zidane, par son geste inouï en finale de la Coupe du monde 2006, ne joue même plus une défaite plus grande, mais se défait de la question de la défaite ou de la victoire. » Il n’est plus ici question de football. Face aux injures proférées par Materazzi, Zidane choisit de défendre son honneur et celui des siens en se faisant justice lui-même.
la main de Thierry Henry


La notion de justice revient d’ailleurs à plusieurs reprises dans le livre de Pourriol. Elle est bien évidemment une question centrale puisque l’arbitre, comme déjà évoqué, se voit dépassé lors de la création du mauvais geste. Mais le philosophe va plus loin. Pour Maradona, l’injustice est d’être si petit face à un gardien anglais d’une stature aussi imposante. Face à cette injustice, instinctivement, il corrige ce qui est inné et s’agrandit… par le bras. Il se fait ainsi justice lui-même et marque le premier but face à l’Angleterre… injustement. Ce droit à s’affranchir de la justice, il le fera valoir quelques minutes plus tard en effectuant cette chevauchée fantastique, légendaire, avant de marquer son second but du match et de propulser ainsi son équipe en demi-finale de la Coupe du monde 1986. Mais ce qui est intéressant c’est de considérer comment Maradona lui-même aborde ce mauvais geste. Car là où un Thierry Henry se montre penaud là où il faut confesser une faute, Maradonna assume. Pire, c’est lui qui invente l’idée de la main de Dieu. C’est lui qui en fait un culte. Messi imitera d’ailleurs le geste de son modèle et arborera fièrement l’inscription La mano de Dios sur ses Adidas lors de la Coupe du monde 2006.
le coup de boule de Zidane


Pourriol propose une approche très intéressante du mauvais geste, même si, en bon philosophe qu’il est, il tend parfois à un peu trop intellectualiser les choses. Ainsi lorsqu’il évoque le fait que Zidane a du mal à s’exprimer face à son geste et tente de s’expliquer en bafouillant, le philosophe considère que « les déchets [de langage] n’en sont pas, recèlent cette part de vérité que Freud assignait au lapsus. Ici on n’a pas affaire à un lapsus : Zidane affirme que son geste, loin de lui avoir échappé, l’exprime pleinement, et s’appuie sur une idée de la justice  qu’il importe de défendre. » Ne pourrait-on pas quand même voir dans ces déchets des déchets?
explications de Zidane sur son geste

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

La Grande Odalisque - Vivès, Ruppert et Mulot

« Tu fais quoi dans la vie, Alexandra ? -Moi ? Pas grand-chose. Des bêtises. -« Des bêtises ? » Mais c’est génial comme métier. C’est exactement le plan de reconversion professionnelle qu’il me faudrait… Tu embauches ? » Alors qu’il continue de briller chez Shampooing en publiant ses notes de blog sous des thématiques bien précises (« Le jeu vidéo », « L’amour »…), Bastien Vives se joint à Ruppert & Mulot afin de s’offrir un trip à la Cat’s Eyes.
Pour tous les trentenaires qui ont fait leurs dents sur les dessins-animés du Club Dorothée, « Cat’s Eyes » (créé par Tsukasa Hojo, auteur également de « City hunter ») renvoie aux premiers émois libidinaux ressentis par le prisme d’un poste de télévision. A l’instar de Wonder Woman (campée par la délicieuse Lynda Carter) ces filles aux collants moulant jouant les cambrioleuses de charme ont émerveillé plus d’un bambin, à commencer par moi. Quand on a dix piges, impossible de ne pas avoir les yeux exorbités face à ces corps aux courbes lasci…

Éloge de la masturbation - Philippe Brenot

Ah, la masturbation, sujet tabou, et pourtant pratique au combien répandue... Paru il y a maintenant une dizaine d'années, cet Eloge de la masturbation tend à réhabiliter voire même vanter cet acte devenu somme toute assez commun en ce début de XXIe siècle mais dont l'approche a considérablement évolué au fil du temps.


La sexualité ayant été tabou des siècles durant, on ne s'étonnera pas du fait que l'autoérotisme et sa manipulation la plus fétiche eurent droit à des réprimandes bien corsées. Terme vraisemblablement apparu pour la première fois sous la plume de Montaigne, la masturbation va devoir son caractère impie à la découverte par Leeuwenhoek en 1677 de spermatozoïde dans le liquide seminal masculin. De fait, l'intégralité des médecins du XVIIIe siècle visera à condamner cette pratique, Brenot évoque ainsi une croisade "légitimée par une très grande peur, celle de la fin du monde, et le fantasme de la destruction de l'humanité, lorsque l&#…