Accéder au contenu principal

Un cadeau - Eliane Girard



 
En bon adepte de la procrastination, Félicien s’y prend à la dernière minute pour acheter un cadeau d’anniversaire pour Laure, sa petite amie. Peu importe, il a d’ores et déjà planifié l’achat d’une jolie veste pour sa dulcinée. Seulement, un grain de sable vient perturber son objectif lorsqu’il apprend que celle-ci n’est plus disponible. Dès lors, le jeune homme fait les cent pas entre les magasins afin de trouver la perle rare, le présent capable de faire mouche et de ravir totalement sa compagne au goût délicat. C’est alors que Félicien tombe sur une paire de botte qui lui fait un certain effet. Il n’en doute pas, sa belle brillerait de mille éclats avec de telles chaussures à ses pieds. Seul détail, ces bottes coûtent la ‘maudite’ somme de 869,95 euros. Félicien serait bien inconscient de dépenser autant dans une simple paire de godillots, si élégants soient-ils. Et puis payer aussi cher, juste pour une marque prestigieuse, cela relèverait de l’inconscience. Toutefois, il cèdera.

A peine a-t-il effectué cet achat inconsidéré qu’il le regrettera amèrement. Éliane Girard profite de cette idée d’achat démesuré pour proposer un nombre de situations pour le moins cocasses auquel le protagoniste se voit confronté. L’angoisse qui monte crescendo, la peur du regard des autres et des sombres desseins des plus mal intentionnés. Félicien vit une véritable journée marathon qui nous est contée ici par le menu, une journée pleine de rebondissements et de quiproquos.



A travers ce roman court et drôle, Eliane Girard livre une gentille satire de la société de consommation. On y trouve notamment quelques passages de name-dropping (à l’aide d’enseignes fictives) et des clins d’œil à des situations très factuelles. On se trouve finalement en présence d’un roman qui, outre les situations humoristiques, propose un véritable suspense. Le lecteur suit toutes les interrogations de Félicien, ainsi que ses tourments, sans compter que le temps s’égrène imperturbablement et ne joue pas en faveur de l’amoureux transi.

Commentaires

  1. Super article !
    J'ai lu une super critique sur ce bouquin !
    http://www.newsofmarseille.com/un-chateau-les-femmes-du-bus-678/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Bukowski en quelques ouvrages

Un peu (beaucoup) dans le prolongement de ma vidéo concernant « Sur l’écriture » de Charles Bukowski, voici une petite sélection d’ouvrages du père Buk à consommer avec la modération de rigueur. Ces dernières années ont vu fleurir les parutions posthumes du vieux Buk, notamment chez Grasset qui a publié dans la foulée « Le retour du vieux dégueulasse » (2014), puis « Un carnet tâché de vin » Grasset (2015). Si le premier est un recueil de nouvelles telles que l’on avait l’habitude d’en lire chez Bukowski, comme c’était le cas dans les « Contes de la folie ordinaire » ou dans « Au sud de nulle part » entre autres, « Un carnet tâché de vin » présente, lui, des écrits un peu plus épars, en mode fond de tiroir (nouvelles et chroniques, considérations sur la littérature…). Mais outre Grasset, ce sont les éditions 13e Note qui se sont illustrées dans le registre bukowskien en publiant « Sheakespeare n’a jamais fait ça ». Pour rappel, les éditions 13e Note étaient quand même …

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…