Accéder au contenu principal

L'île de Hôzuki - Kei Sanbe



Kokoro et Yume sont deux enfants respectivement âgés de 10 et 5 ans. Délaissés par leurs parents ils sont envoyés sur l’île de Hôzuki sur laquelle se trouvent une école et une poignée d’enfants ayant en commun le fait d’avoir été abandonné, d’une manière ou d’une autre par leurs tuteurs. Très vite, nos deux nouveaux arrivants vont faire connaissance avec leurs camarades et apprendre par-là même que cette île renferme de bien sinistres secrets. Les professeurs cacheraient certaines choses aux enfants et une rumeur court parmi ces derniers selon laquelle une jeune fille serait décédée sur cette île et que parfois on pourrait l’entendre ou même voir son fantôme.

Dès lors, Kokoro et Yume pénètrent sur un terrain miné puisque les autres enfants sont pleins de méfiance à l’égard des adultes, ce qui, compte tenu du vécu de chacun des bambins, semble logique. Sans compter que le professeur Kuwadate est un pervers sexuel, que le plus vieux des enseignants a une mine des moins amène et que, même si elle est fraîchement arrivée sur l’île, on ne sait quoi penser au sujet de mademoiselle Kai, même si son sourire aussi généreux que ses formes la rend tout de suite plus sympathique que le reste du corps enseignant. Le rôle de Korkoro sera bien évidemment de protéger sa petite sœur aveugle, en souvenir d’une promesse qu’il a fait à sa mère avant que celle-ci ne disparaisse.



A travers cette série en quatre volumes, Kei Sanbe propose un thriller dans lequel les enfants sont confrontés une fois de plus au monde des adultes. On connaît cette ritournelle maintes fois recyclée dans l’univers du manga ("On ne peut pas faire confiance aux adultes", etc.), cependant, le mangaka pousse cette logique plus loin, ce qui mènera les deux clans dans une escalade de violence. Certes, la fin peut paraître un peu tirée par les cheveux, comme c’est la coutume pour ce genre de production afin de faire valoir le fait que les choses, finalement, ne finissent pas si mal que ça ; cependant, Kei Sanbe parvient à accrocher le lecteur de façon très efficace en installant notamment des personnages intéressants dotés de caractères et d’histoires certes typés mais auxquels on s’attache sans sourciller.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Bukowski en quelques ouvrages

Un peu (beaucoup) dans le prolongement de ma vidéo concernant « Sur l’écriture » de Charles Bukowski, voici une petite sélection d’ouvrages du père Buk à consommer avec la modération de rigueur. Ces dernières années ont vu fleurir les parutions posthumes du vieux Buk, notamment chez Grasset qui a publié dans la foulée « Le retour du vieux dégueulasse » (2014), puis « Un carnet tâché de vin » Grasset (2015). Si le premier est un recueil de nouvelles telles que l’on avait l’habitude d’en lire chez Bukowski, comme c’était le cas dans les « Contes de la folie ordinaire » ou dans « Au sud de nulle part » entre autres, « Un carnet tâché de vin » présente, lui, des écrits un peu plus épars, en mode fond de tiroir (nouvelles et chroniques, considérations sur la littérature…). Mais outre Grasset, ce sont les éditions 13e Note qui se sont illustrées dans le registre bukowskien en publiant « Sheakespeare n’a jamais fait ça ». Pour rappel, les éditions 13e Note étaient quand même …

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…