Accéder au contenu principal

Shakespeare n'a jamais fait ça - Charles Bukowski

« On m’avait réclamé un livre sur notre voyage, j’avais dit oui et ça représentait un sacré boulot pour un type qui déteste voyager. Je me suis rappelé cet article de Norman Mailer consacré au débarquement de l’Homme sur la Lune, je crois que c’était pour le magazine Life, j’avais été vraiment désolé pour lui, puis j’avais pensé au pognon qu’il s’était fait en échange et je m’étais dit, bon, ça paie la bouffe et le loyer, il passe à la pointeuse comme tout le monde. La rumeur voulait qu’il ait touché un million de dollars. J’avais plus de chance que Mailer : j’écrivais sans avoir reçu la moindre avance ou promesse de publication. Si je me plantais, personne n’en souffrirait. C’est ainsi que les choses se sont toujours passées pour moi, ça garde mon direct du gauche incisif et mon crochet du droit dévastateur. »

                                                                                                    (p.182)


Petite maison d’édition encore jeune (puisque fondée en 2008), les éditions 13e note sont assez coutumières de littérature américaine et des thématiques sexe, drogue et rock n’roll. On peut compter dans leurs rangs des auteurs comme Dan Fante, James Fogle ou encore Tim O’Brien. Plus récemment, c’est un joli coup que viennent d’effectuer ces éditions puisqu’elles publient un texte inédit de Charles Bukowski. Shakespeare n’a jamais fait ça n’est pas à proprement parler un roman, mais plutôt une sorte de carnet de voyage que l’écrivain a tenu lors de son passage en Europe, notamment en France et en Allemagne, terre qui l’a vu naître. Le vieux Buk, alors accompagné de sa compagne Linda Lee, y donne ses impressions et relate notamment l’épisode culte de son passage chez Bernard Pivot, dans Apostrophes, alors qu’il était sérieusement imbibé. Mais que le lecteur ne s’attende pas ici à de fracassantes révélations, le poète alcoolisé semble avoir un sérieux trou de mémoire à cet endroit.

Si la boisson est très présente dans ce récit de voyage pathétique, le sexe, autre thème récurrent de l’auteur (Women), est relativement passé sous silence. Laborieux de A à Z, ce récit demeure fidèle à la plus pure veine bukowskienne, on y retrouve une gouaille certaine (il évoque d’ailleurs Céline) et beaucoup d’humour. L’écrivain vineux y livre également son regard sans pareil sur le monde qui l’entoure, ce qui débouche sur des constats portant à rire ou à méditer, c’est selon. Notons que ce récit et ses quelques poèmes qui lui font suite sont richement illustrés de très bonnes photographies de Michael Montfort. Une lecture très plaisante que les amateurs du vieux dégueulasse devraient apprécier.


Shakespeare n’a jamais fait ça, Charles Bukowski.
13e Note. 19,50 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Éloge de la masturbation - Philippe Brenot

Ah, la masturbation, sujet tabou, et pourtant pratique au combien répandue... Paru il y a maintenant une dizaine d'années, cet Eloge de la masturbation tend à réhabiliter voire même vanter cet acte devenu somme toute assez commun en ce début de XXIe siècle mais dont l'approche a considérablement évolué au fil du temps.


La sexualité ayant été tabou des siècles durant, on ne s'étonnera pas du fait que l'autoérotisme et sa manipulation la plus fétiche eurent droit à des réprimandes bien corsées. Terme vraisemblablement apparu pour la première fois sous la plume de Montaigne, la masturbation va devoir son caractère impie à la découverte par Leeuwenhoek en 1677 de spermatozoïde dans le liquide seminal masculin. De fait, l'intégralité des médecins du XVIIIe siècle visera à condamner cette pratique, Brenot évoque ainsi une croisade "légitimée par une très grande peur, celle de la fin du monde, et le fantasme de la destruction de l'humanité, lorsque l&#…

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…