Accéder au contenu principal

Retour sur le cas Dick



Considérer que Philip K. Dick est au goût du jour, c’est un peu se livrer à une lapalissade que l’on pourrait ressortir presque chaque année tant l’œuvre de cet auteur majeur de la science-fiction est perpétuellement revisitée, ses romans et autres nouvelles étant aussi bien adaptés sous forme de film que de bande-dessinée. Cependant, force est de constater qu’au niveau littéraire, l’année 2012 est assez exceptionnelle en ce qui concerne le père de Blade Runner.


Ce sont principalement les éditions J’ai lu (en charge d’un bon nombre d’ouvrage de Dick, notamment dans la collection ‘science-fiction’) qui ont décidé de dépoussiérer l’œuvre du génie sous-amphétamines. Pour commencer, ces éditions ont audacieusement choisi de rééditer Sur le territoire de Milton Lumky, paru précédemment chez 10-18 et épuisé. Il s’agit ici d’un roman plus ‘traditionnel’ que la majorité de la production dickienne, dans lequel un jeune homme revient dans sa ville natale afin de créer une entreprise. Il sera aidé dans sa tâche par le fameux Milton Lumky, représentant de commerce.

 S’en est suivi la réédition d’un de ses classiques, Le maître du haut château. Ce roman uchronique qu’on ne présente plus a été réédité en grand format pour la bonne cause (dans la collection ‘Nouveaux Millénaires’) puisque le texte est intégralement retraduit, mais également doté d’une postface de Laurent Queyssi. On peut également compter dans cette édition les deux premiers chapitres d’une suite à ce roman demeurée inachevée.


Versant dans la compilation de romans comme savent si bien le faire les éditions Robert-Laffont avec leur collection ‘Bouquins’ ou encore Gallimard avec leur collection ‘Quarto’ (pour ne citer que celles-ci), J’ai lu choisit de publier son premier tome de Romans de K. Dick, toujours chez Nouveaux Millénaires (le tome 2 est prévu pour octobre 2012).

Enfin, sur le printemps 2012, paraît, toujours chez le même éditeur Ô nation sans pudeur, un de se premiers romans totalement inédit en France. Comme pour Sur le territoire de Milton Lumky, il s’agit là d’un roman traditionnel dans lequel trois américains basés en Chine restent sur place afin de finaliser leur départ de ce pays, alors que tous leurs compatriotes ont déjà déserté les lieux. Pas toujours très bien construit au niveau de la narration, ce roman ne se révèle pas vraiment fascinant, si bien que l’on se demande d’ailleurs où K. Dick veut en venir. Cependant, même si cet ouvrage est maladroit à bien des égards, il permet au fan dickien d’aborder l’œuvre du maître d’un œil nouveau.


Cependant, d’autres éditeurs ajoutent leur pierre à l’édifice sur l’autel du créateur d’Ubik, à commencer par la petite maison d’édition Actu SF qui publie Le petit guide à trimbaler de Philip K. Dick, véritable mine d’informations, cette petite bible constitue un achat tout désigné tant pour le novice en la matière que pour l’amateur éclairé sur la question. On y trouve notamment une courte biographie de l’écrivain ainsi qu’une bibliographie détaillée par le menu. Ainsi, tous les romans de K. Dick sont passés au crible, résumés et brièvement décortiqués. On y trouve également la liste des adaptations de ses œuvres dans les différents domaines artistiques (dont le jeu vidéo). Même s’il adopte un certain parti pris, ce petit opuscule peu onéreux reste très intéressant.

Réédité dans la nouvelle collection du Seuil, ‘Point2’, Je suis vivant et vous êtes morts, d’Emmanuel Carrère se pose comme un roman biographique (ou une biographie romancée) de bonne qualité. Une bonne occasion de (re)découvrir cet ouvrage du Prix Renaudot 2011 dont les éditions précédents étaient épuisées.


Enfin, est-il utile de rappeler que Philip K. Dick est le romancier de science-fiction suscitant le plus d’adaptations cinématographiques ? Si des films comme Blade Runner ou encore Minority Report savent nous en convaincre, le remake de Total recall (était-il d’ailleurs nécessaire ?) à paraître prochainement ne peut qu’achever de nous en persuader. Reste qu’avec sa profusion de nouvelles à adapter et d’ouvrages à rééditer, l’oeuvre dickienne a encore de beaux jours devant elle.





Les compilations de romans publiées dans la collection Nouveaux Millénaires chez J’ai Lu comportent les œuvres suivantes :

Romans : 1953-1959 (paru le 7 mars 2012)
-Loterie Solaire
-Les chaînes de l’avenir
-Le profanateur
-Les pantins cosmiques
-L’œil dans le ciel
-Le temps désarticulé

 
Romans : 1960-1963 (à paraître le 3 octobre 2012)
-Docteur Futur
-Les marteaux de Vulcain
-Le bal des Schizos
-Glissement de temps sur Mars
-Dr Bloodmoney
-Les joueurs de Titan

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

La Grande Odalisque - Vivès, Ruppert et Mulot

« Tu fais quoi dans la vie, Alexandra ? -Moi ? Pas grand-chose. Des bêtises. -« Des bêtises ? » Mais c’est génial comme métier. C’est exactement le plan de reconversion professionnelle qu’il me faudrait… Tu embauches ? » Alors qu’il continue de briller chez Shampooing en publiant ses notes de blog sous des thématiques bien précises (« Le jeu vidéo », « L’amour »…), Bastien Vives se joint à Ruppert & Mulot afin de s’offrir un trip à la Cat’s Eyes.
Pour tous les trentenaires qui ont fait leurs dents sur les dessins-animés du Club Dorothée, « Cat’s Eyes » (créé par Tsukasa Hojo, auteur également de « City hunter ») renvoie aux premiers émois libidinaux ressentis par le prisme d’un poste de télévision. A l’instar de Wonder Woman (campée par la délicieuse Lynda Carter) ces filles aux collants moulant jouant les cambrioleuses de charme ont émerveillé plus d’un bambin, à commencer par moi. Quand on a dix piges, impossible de ne pas avoir les yeux exorbités face à ces corps aux courbes lasci…

Éloge de la masturbation - Philippe Brenot

Ah, la masturbation, sujet tabou, et pourtant pratique au combien répandue... Paru il y a maintenant une dizaine d'années, cet Eloge de la masturbation tend à réhabiliter voire même vanter cet acte devenu somme toute assez commun en ce début de XXIe siècle mais dont l'approche a considérablement évolué au fil du temps.


La sexualité ayant été tabou des siècles durant, on ne s'étonnera pas du fait que l'autoérotisme et sa manipulation la plus fétiche eurent droit à des réprimandes bien corsées. Terme vraisemblablement apparu pour la première fois sous la plume de Montaigne, la masturbation va devoir son caractère impie à la découverte par Leeuwenhoek en 1677 de spermatozoïde dans le liquide seminal masculin. De fait, l'intégralité des médecins du XVIIIe siècle visera à condamner cette pratique, Brenot évoque ainsi une croisade "légitimée par une très grande peur, celle de la fin du monde, et le fantasme de la destruction de l'humanité, lorsque l&#…