Accéder au contenu principal

Super triste histoire d'amour - Gary Shteyngart

Avec Super Triste histoire d’amour, Stheyngart propose une dystopie acerbe sur le rapport qu’entretiennent les hommes avec les nouvelles technologies. Et la romance dans tout ça ?


Le nouveau roman de Gary Shteyngart commence un 1er juin. De quelle année ? On l’ignore, mais l’auteur présente dès les premières pages du journal de Lenny Abramov un futur hypothétiquement proche. Ce protagoniste y est l’ultime vestige d’une société surannée, un monde perdu, un jadis lointain dans lequel l’homme pouvait encore s’adonner librement à la culture sans qu’on lui dise que son livre pue et où les humains n’étaient pas à ce point aliénés par les machines. Car dans le monde de Super triste histoire d’amour, les individus sont constamment agglutinés à leur äppärät, objet tactile et numérique permettant de rester constamment connecté à toute forme de réseau, certes, mais outil également capable de jauger la ‘baisabilité’ d’une personne. Dans cette ère de l’immatériel, l’äppärät est le troisième élément le plus important à la survie de l’homme de ce monde uchronique, après l’eau et l’oxygène. Le perdre, c’est mourir ou presque.

Lenny, lui, fait figure de dernier romantique dans cette époque dépareillée. Il est un anachronisme dont le sentimentalisme se confronte parfois cruellement au monde dans lequel malgré tout, il tente d’évoluer. Ce décalage sera particulièrement mis en exergue lorsqu’il tombera amoureux d’Eunice Park, une frêle et jeune asiatique à la plastique séduisante. Il sera d’ailleurs permis au lecteur de suivre les différentes conversations que cette jeune femme entretien avec sa famille ou sa meilleure amie via GlobAdos, un réseau social. Ainsi ce dernier pourra jauger la différence de style et de qualité rédactionnelle entre le quadra amoureux et la jeune fille superficielle que représente mademoiselle Park. Quand cette-dernière écrit à sa meilleure amie Languedepute la bien nommée, ça donne ça : « Salut Poney d’amour ! Quoi de neuf, pétasse ? Ta nigaude te manque ? Tu veux me lâcher la purée dessus ? MDR. » Une forme d’élégance somme toute décalée face à laquelle Lenny doit bien se confronter, notamment lors d’une de leurs premières conversations qui vire au florilège d’acronyme vaseux. Notre amoureux transi perdra le nord face à un langage énigmatique :


« LPT, elle a dit. UMAG. VAMP CAPR. PRGV. Complètement PRGV. »
Ces jeunes et leurs abréviations. J’ai fait semblant de comprendre ce qu’elle racontait.
« Oui, j’ai dit. IMF. PLO.ESL. »
Elle m’a regardé comme si j’étais fou à lier.
« JB.
-C’est qui ?
Je m’imaginais un protestant à la stature imposante.
« Ca veut dire "je blague". Je te fais marcher, quoi. »


Avec ce troisième roman, Shteyngart nous livre un roman qui a des airs de fable orwellienne. Cependant, et conformément au tournant pris par la ‘gadgétisiation’ des masses ces dernières années, Super triste histoire d’amour expose un monde dans lequel Big Brother n’a plus lieu d’être puisque tout un chacun peut tout savoir de son vis-à-vis. La pudeur est morte et avec elle un nombre considérable de valeurs semble s’en être allé. Bien que décalé, voire franchement absurde à certains endroits, ce récit dresse un tableau de la romance à l’ère du numérique. Peut-être pas si imaginaire que cela.



« Super triste histoire d’amour », de Gary Shteyngart,
éd. de l’Olivier, 409 pages, 24 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Bukowski en quelques ouvrages

Un peu (beaucoup) dans le prolongement de ma vidéo concernant « Sur l’écriture » de Charles Bukowski, voici une petite sélection d’ouvrages du père Buk à consommer avec la modération de rigueur. Ces dernières années ont vu fleurir les parutions posthumes du vieux Buk, notamment chez Grasset qui a publié dans la foulée « Le retour du vieux dégueulasse » (2014), puis « Un carnet tâché de vin » Grasset (2015). Si le premier est un recueil de nouvelles telles que l’on avait l’habitude d’en lire chez Bukowski, comme c’était le cas dans les « Contes de la folie ordinaire » ou dans « Au sud de nulle part » entre autres, « Un carnet tâché de vin » présente, lui, des écrits un peu plus épars, en mode fond de tiroir (nouvelles et chroniques, considérations sur la littérature…). Mais outre Grasset, ce sont les éditions 13e Note qui se sont illustrées dans le registre bukowskien en publiant « Sheakespeare n’a jamais fait ça ». Pour rappel, les éditions 13e Note étaient quand même …

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…