Accéder au contenu principal

Watchmen - Alan Moore, Dave Gibbons



C’est dans un New York en ébullition que prend place l’action de Watchmen, alors que Nixon a été élu Président pour la cinquième fois consécutive et que la Guerre Froide est sur le point d’atteindre son apogée (à savoir le déclenchement d’un conflit nucléaire). C’est dans ce climat de tension que le corps du Comédien, ancien justicier œuvrant jadis pour le salut de l’Oncle Sam, a été défenestré et retrouvé gisant sur le trottoir en contrebas de son appartement, dans une flaque de sang. Rorschach, ancien camarade de ce-dernier, enquête sur cette mort étrange qu’il assimile directement à un assassinat. Dès lors, il émettra rapidement l’hypothèse selon laquelle quelqu’un en aurait après les anciens justiciers. De ce fait, il reprendra contact avec ses acolytes d’un autre âge devenus des gens rangés ayant relégué leurs costume au statut de relique.


Watchmen, est un comics qui malmène ses super-héros (qui n’en sont d’ailleurs pas vraiment). Les prestations incroyables des justiciers ne sont évoquées qu’en guise de souvenir et il ne reste plus grand-chose de l’âge d’or des Minutemen ou des Vigilants. Les gardiens ne sont plus qu’une entité évasive, un souvenir que l’on évoque et une force désormais interdite par l’autorité, autrement dit, une puissance dissuasive devenue obsolète. A travers cette bande-dessinée, Moore et Gibbons ont pris le parti d’axer leur approche du justicier d’un point de vue psychologique afin d’en souligner toute la précarité voire la décadence.

Rorschach, à ce titre, apparaît comme quelqu’un de violent en conflit permanent avec le monde et son époque, un personnage sans états d’âme à l’égard des criminels et fondamentalement intransigeant face à la notion de justice.  Le docteur Manhattan, figure phare du super héro et personnage antinomique de Rorschach, combine toutes les formes de pouvoirs mais n’en demeure pas moins un être en proie à de sempiternels questionnements métaphysique. Paradoxalement, l’expérience dont il a été la victime, celle qui lui a conféré tous ses pouvoirs, l’a également privé d’un certain sens de l’empathie. Il ne constitue plus qu’un être insensible, curieux de ce que peuvent ressentir les être humains. Dans un cas comme dans l’autre, la figure de l’antihéros leur sied à merveille même s’ils échappent tous deux à toute forme d’étiquette durant tout le récit. Et que dire du Comédien dont l’identité, révélée au fil des récits et réminiscences, voit son image péricliter. Que cachait ce beau salopard ?

Watchmen creuse en profondeur les errements des protagonistes tout en effectuant de nombreux flashback et ce afin de mieux saisir l’histoire des justiciers, leur caractères, leurs différends, et leur destin pas toujours à la hauteur des lauriers qu’ils auraient mérité. Dans cette optique, le comics de Moore et Gibbons ne manque pas de surprendre en proposant de nombreuses audaces narratives notamment par le biais d’articles de journaux ou d’extraits d’ouvrages.


Désormais détenteurs de droits de DC Comics, Urban Comics profite de cette réédition pour remettre au goût du jour la traduction originelle de cette œuvre lors de sa parution dans l’hexagone, à savoir celle de Jean-Patrick Manchette, auteur de polar particulièrement remis au goût du jour par les adaptations bédéiennes de Tardi. Nombreux seront les puristes ravis de ce choix tant la traduction des versions proposées par Panini semblaient horripiler ces-derniers. Cependant, à y regarder de plus près, et suite à une lecture comparée on aura du mal à affirmer formellement que celle de Manchette se révèle supérieure tant certaines tournures de phrases semblent étranges et, pour le dire simplement, pas toujours agréables à lire. Une question de goût, peut-être, car le choix de Manchette pour la traduction d’un auteur de polar sied quand même fort bien à cette bande-dessinée qui a toutefois autant à voir avec la BD de super-héros qu’à l’enquête policière.

On notera enfin que cette édition comporte une postface d’Alan Moore ainsi que des suppléments visant notamment à en savoir plus sur la création des divers personnages de cette bande-dessinée.

Quoiqu’il en soit, Urban Comics continue son bel ouvrage en proposant une édition de qualité de ce qui est souvent considéré comme étant le chef-d’œuvre d’Alan Moore et, par-là même, un incontournable du 9e art.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Bukowski en quelques ouvrages

Un peu (beaucoup) dans le prolongement de ma vidéo concernant « Sur l’écriture » de Charles Bukowski, voici une petite sélection d’ouvrages du père Buk à consommer avec la modération de rigueur. Ces dernières années ont vu fleurir les parutions posthumes du vieux Buk, notamment chez Grasset qui a publié dans la foulée « Le retour du vieux dégueulasse » (2014), puis « Un carnet tâché de vin » Grasset (2015). Si le premier est un recueil de nouvelles telles que l’on avait l’habitude d’en lire chez Bukowski, comme c’était le cas dans les « Contes de la folie ordinaire » ou dans « Au sud de nulle part » entre autres, « Un carnet tâché de vin » présente, lui, des écrits un peu plus épars, en mode fond de tiroir (nouvelles et chroniques, considérations sur la littérature…). Mais outre Grasset, ce sont les éditions 13e Note qui se sont illustrées dans le registre bukowskien en publiant « Sheakespeare n’a jamais fait ça ». Pour rappel, les éditions 13e Note étaient quand même …

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…