Accéder au contenu principal

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik


 
En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.

L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre côté de l’Atlantique. Et il n’oublie pas qu’il est de la race des « chancres », des indésirables. Un inférieur parmi tant d’autres.

C’est le  22 février 1942 qu’il se donne la mort en compagnie de sa jeune compagne, Lotte, livrant son ultime ouvrage, « Le monde d’hier », dans lequel il évoque une Europe révolue qui ne sera jamais plus.
 
 

De cette fin emblématique, Laurent Seksik avait écrit un roman, « Les derniers jours de Stefan Zweig », publié en 2010. Dans la foulée, il a travaillé avec Guillaume Sorel sur l’adaptation en bande-dessinée de cette chronique d’une mort annoncée.

Le résultat de cet album est un petit bijou de gravité. Sorel retranscrit avec maestria les tourments des âmes égarées que sont Stefan Zweig et Lotte. Il joue habilement sur les couleurs et leurs contrastes. Les teintes chaleureuses du Brésil ne parviennent pas à effacer les ténèbres qui planent au dessus du couple. Les spectres de l’Europe ne sont pas loin. Après avoir été persona non grata en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, il ne s’y trompe pas lorsqu’il affirme à sa femme que le Brésil sera leur dernière destination :

« Juif en Allemagne, Allemand en Angleterre. Etranger partout. J’en ai assez d’être l’ennemi du genre humain. » (p.26)

Le couple apparaît comme dégingandé. Zweig est un sexagénaire qui ne croit plus en l’homme, un humaniste qui a perdu la foi. Lotte, malgré ses trente printemps est une femme asthmatique aux allures valétudinaires. Sa jalousie envers l’ancienne femme de Zweig en fait un personnage éminemment sensible. Ces deux profils sont bancals, ils se soutiennent l’un l’autre, l’amour faisant office d’unique jambe de bois pour ces deux estropiés.



Le Brésil possède bien des airs de paradis. La végétation est folle et colorée. L’insouciance transparaît tant dans le comportement des riverains qui font la fête que dans les regroupements huppés de l’intelligentsia locale. Mais tout cela n’est qu’artifice.

Son cœur n’a pas encore cessé de battre que Zweig se considère comme faisant partie des décimés. Ainsi note-t-il, en évoquant sa future œuvre posthume :

« J’ai rallié tous les fantômes du passé. Ce livre rappellera peut-être aux générations futures qu’ici a vécu une race anéantie. L’homo austrico-judaïcus. » (p.45)

Joignant l’acte à la parole, c’est dans une ultime étreinte avec sa femme qu’il va rejoindre les hommes de sa trempe, déjà partis de l’autre côté : Freud, Benjamin, et les autres…

Les derniers jours de Stefan Zweig, Casterman, 88 pages. 16 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bukowski en quelques ouvrages

Un peu (beaucoup) dans le prolongement de ma vidéo concernant « Sur l’écriture » de Charles Bukowski, voici une petite sélection d’ouvrages du père Buk à consommer avec la modération de rigueur. Ces dernières années ont vu fleurir les parutions posthumes du vieux Buk, notamment chez Grasset qui a publié dans la foulée « Le retour du vieux dégueulasse » (2014), puis « Un carnet tâché de vin » Grasset (2015). Si le premier est un recueil de nouvelles telles que l’on avait l’habitude d’en lire chez Bukowski, comme c’était le cas dans les « Contes de la folie ordinaire » ou dans « Au sud de nulle part » entre autres, « Un carnet tâché de vin » présente, lui, des écrits un peu plus épars, en mode fond de tiroir (nouvelles et chroniques, considérations sur la littérature…). Mais outre Grasset, ce sont les éditions 13e Note qui se sont illustrées dans le registre bukowskien en publiant « Sheakespeare n’a jamais fait ça ». Pour rappel, les éditions 13e Note étaient quand même …

Angot par Libération, le glauque et l'inceste comme littérature branchouille

On le sait, la presse écrite va mal. Et quand elle n’écrit pas mal ou vite, il n’est pas rare de se trouver en présence de Unes quelquefois racoleuses afin d’attirer le chaland. Pour son numéro du 4 septembre 2012, Libération n’a pas manqué d’audace en considérant, en première page, le dernier livre de Christine Angot « Une semaine de vacances » comme étant rien de moins que « Le chef-d’œuvre de la rentrée ». Faisant fi des romans ayant le vent en poupe lors de cette rentrée littéraire (Deville, Adam, etc.) ou des auteurs plus discrets (Louise Erdrich, Richard Powers, Jim Harrison) ce quotidien décide de frapper un bon coup dans la fourmilière et consacre pas moins de quatre pages à l’auteure afin de légitimer les éloges concernant son dernier ouvrage. Seulement, la fourmilière a déjà maintes fois été maltraitée et lui rejouer sempiternellement le coup du livre qui choque ne fait plus vraiment son effet.
Car les termes ‘Angot’ et ‘polémique’ sont tellement liés l’un à l’autre que les é…