Accéder au contenu principal

Dirty Sexy Valley - Olivier Bruneau
"Un roman stupréfiant!"



Voilà un roman assez iconoclaste, il faut bien le reconnaître. Pour la faire courte, on retrouve ici une tripotée d’étudiants qui, émus, à l’idée d’être séparés par la fin de leur cursus universitaire et afin de célébrer l’obtention de leurs diplômes, partent en virée dans une petite maison paumée au milieu de la montagne. C’est à des fins orgiaques qu’ils choisissent d’un commun accord de se perdre au milieu des bois. Mêler leurs sécrétions est censé sceller leur amitié à tout jamais. Manque de chance pour eux, la cabane en question que personne n’est venue visiter depuis une paye se situe non loin de la demeure de Jules et Jim, deux frères un peu complètement cintrés qui vivent une vie de débauche et de violence sous l’autorité conciliante de leur mère décharnée. D’ailleurs, les étudiants ne sont pas encore arrivés, que les deux brutes sont aux prises avec un couple de jeunes mariés déjà en train de passer un sale quart d’heure. Alors qu’ils ont réuni ce couple dans la cave de la maison, la petite sœur des frères salaces, ultime chance de rédemption pour la famille, est enfermée au premier étage, comme une donzelle retenue prisonnière et attendant la venue du prince daignant vouloir la délivrer. La trajectoire de tous ces personnages se croisera dans des geysers de foutre et de sang, le tout à travers des descriptions d’une lascivité et d’une cruauté mâtiné d’un second degré assez délectable. Faisant la part belle à la Pop Culture, Dirty Sexy Valley (les sériephiles apprécieront peut-être la référence) prend des allures de teen movie des années 80 qui se serait perdu dans le cinéma de genre,  un roman qui se pose comme l’adaptation de La cabane dans les bois revisité par Marc Dorcel. Une lecture de plage toute indiquée. Vous qui pensiez que l’été serait chaud, vous ignoriez juste qu'on avait pété le thermostat. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les derniers jours de Stefan Zweig - Sorel, Seksik

En étant un peu sarcastique, on pourrait considérer que le principal défaut de Stefan Zweig a été d’embrasser la cause humaniste à une époque où l’humain était remis en question compte-tenu des barbaries perpétrées. Pour cet homme qui fut, rappelons-le, un des plus grands écrivains de la première moitié du XXe siècle - orientant son œuvre sur la psychologie de ses personnages – il fallait fuir, au regard de ce qu’il se passait dans le pays qui l’a vu naître. Mais avec elle, c’est bien l’ensemble de l’Europe qui est en train de brûler tant au sens propre qu’au sens figuré.
L’exil fut, pour cet homme le dernier recours pour ne pas sombrer. L’Amérique est alors une destination de choix pour délaisser un continent fangeux avec ses idées dans la boue . Après avoir goûté au crachin londonien et quitté New York à contre cœur, c’est au Brésil qu’il trouve un simulacre de havre de paix, un monde chaleureux. En apparence, du moins, car Zweig ne néglige pas les horreurs qui se trament de l’autre…

Éloge de la masturbation - Philippe Brenot

Ah, la masturbation, sujet tabou, et pourtant pratique au combien répandue... Paru il y a maintenant une dizaine d'années, cet Eloge de la masturbation tend à réhabiliter voire même vanter cet acte devenu somme toute assez commun en ce début de XXIe siècle mais dont l'approche a considérablement évolué au fil du temps.


La sexualité ayant été tabou des siècles durant, on ne s'étonnera pas du fait que l'autoérotisme et sa manipulation la plus fétiche eurent droit à des réprimandes bien corsées. Terme vraisemblablement apparu pour la première fois sous la plume de Montaigne, la masturbation va devoir son caractère impie à la découverte par Leeuwenhoek en 1677 de spermatozoïde dans le liquide seminal masculin. De fait, l'intégralité des médecins du XVIIIe siècle visera à condamner cette pratique, Brenot évoque ainsi une croisade "légitimée par une très grande peur, celle de la fin du monde, et le fantasme de la destruction de l'humanité, lorsque l&#…

La Grande Odalisque - Vivès, Ruppert et Mulot

« Tu fais quoi dans la vie, Alexandra ? -Moi ? Pas grand-chose. Des bêtises. -« Des bêtises ? » Mais c’est génial comme métier. C’est exactement le plan de reconversion professionnelle qu’il me faudrait… Tu embauches ? » Alors qu’il continue de briller chez Shampooing en publiant ses notes de blog sous des thématiques bien précises (« Le jeu vidéo », « L’amour »…), Bastien Vives se joint à Ruppert & Mulot afin de s’offrir un trip à la Cat’s Eyes.
Pour tous les trentenaires qui ont fait leurs dents sur les dessins-animés du Club Dorothée, « Cat’s Eyes » (créé par Tsukasa Hojo, auteur également de « City hunter ») renvoie aux premiers émois libidinaux ressentis par le prisme d’un poste de télévision. A l’instar de Wonder Woman (campée par la délicieuse Lynda Carter) ces filles aux collants moulant jouant les cambrioleuses de charme ont émerveillé plus d’un bambin, à commencer par moi. Quand on a dix piges, impossible de ne pas avoir les yeux exorbités face à ces corps aux courbes lasci…